Menu
Tablet menu

Développement durable & Coopération Internationale

  • Horizons Solidaires considère que les actions de coopération internationale des collectivités comme des associations contribuent au développement local des territoires au Nord comme au Sud...
    Ainsi, il est nécessaire d’inscrire toute action de coopération dans une optique de développement local durable qui, à travers l’implication et la concertation entre les différents acteurs d’un territoire,   vise une amélioration qualitative du bien-être des populations et leur autonomie. Or aujourd'hui, trop peu d’acteurs de coopération internationale mènent leur action dans une optique de développement local. Par ailleurs, on constate une multiplication des actions de solidarité internationale réalisées par des acteurs variés (ONG, collectivités, établissements, entreprises, hôpitaux, centres sociaux...) dans des domaines d'intervention et avec des approches souvent très différentes. Les projets portent le plus souvent sur des secteurs à caractère social (éducation, santé, etc.) plutôt que sur des initiatives à caractère transversal visant un développement local qui favoriserait davantage l'autonomie des populations. C’est pourquoi Horizons Solidaires a choisi de travailler sur cette problématique. En mettant l'accent sur l'intérêt et les enjeux du développement local et du développement économique local dans le cadre d'actions de coopération décentralisée et de solidarité internationale, le réseau Horizons Solidaires souhaite que les acteurs concernés s'approprient cette thématique et prennent conscience de sa portée dans le développement. Cette préoccupation s'inscrit également de façon prioritaire dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement, adoptés lors du Sommet du Millénaire des Nations Unies de l'an 2000.
Etude "Développement économique et coopération intérnationale en Basse-Normandie - quelle place pour les acteurs économiques ?"

RapportFinal301115 1En tant que réseau régional multiacteurs, Horizons Solidaires, en partenariat avec le Citim, a voulu s'interroger sur la place des acteurs économiques au sein de la coopération bas-normande et contribuer à une meilleure interconnaissance entre les différents acteurs de manière à faciliter la création de partenariats pour ses membres.
Une étude a été menée par Constance Voisin, dans le cadre d'un service civique à Horizons Solidaires. Son rapport est consultable ici.

A consulter également les fiches techniques réalisées par Constance sur les notions : "Economie Sociale et Solidaire" ; "Responsabilité Sociétale des Entreprises" et "Mécénat".

Retour sur la journée du 19 mars 2013 à Caen

CR forumHS190313


Forum "Développement Local Durable et Coopération Internationale, des défis communs"

 

 CR Arricod HS190313

Atelier "L'intérêt local de la coopération décentralisée"

Paroles d'acteurs

Que pensez-vous du lien entre la coopération internationale et le développement local ? - question posée par Horizons Solidaires à ses acteurs, à la suite du Forum.

  •  
  • "Il me semble difficile de traiter du lien entre ces deux sujets sans les décliner un peu plus concrètement…
    Il s’agit de deux "concepts" déjà très larges en eux-mêmes : les associer ne fait qu’élargir encore le sujet ! Si on parle du développement local "là-bas", dans le pays partenaire, le lien semble évident : je pense qu’aujourd’hui, tout le monde est d’accord pour dire que la coopération internationale doit favoriser le développement local dans le pays partenaire. "Ici", cela reste assez cloisonné : les associations qui s’occupent de "coopération internationale" sont souvent essentiellement tourné vers l’international (à la limite, si elles interviennent sur leur propre territoire, c’est sous la forme d’éducation au développement, mais pas de développement local) ; et les associations qui font du développement local ici ne s’intéressent pas, ou peu (ne serait-ce que par manque de temps, ce n’est pas leur "cœur de métier") à l’international." Hélène de la Porte, Eau Vive Basse-Normandie
  •  
  • "Il doit nous interroger. On a trop tendance à dire ce que l’on doit faire et ne pas faire ce que l’on dit...
    Chaque citoyen, par son comportement et son action concrète, peut, s’il cherche à se défaire de ce travers, contribuer au développement durable ici et là ba ; c’est bien là l’objectif ? Vu sous l’angle de la solidarité, il faudrait passer, je crois, d’une forme de solidarité réparatrice (hors situation d’urgence), souvent ethnocentrée, voire unilatérale (je donne, tu reçois… tu deviens mon obligé), à une forme de solidarité préventive et régulatrice par le soutien à tout ce qui renforce les droits humains, l’autonomie des peuples, des relations de coopération équitables, une réciprocité des échanges… L’ouverture culturelle, l’empathie à l’égard des plus faibles, nécessaires à la prise de conscience de dureté des conditions de vie et de la souffrance d’un grand nombre de nos concitoyens de par le monde, ne suffisent malheureusement pas à résoudre tous les problèmes, parce que, trop souvent, l’action qui en découle, s’attaquera, et c’est humain, d’abord aux symptômes, sans prendre suffisamment en compte les causes. Politiquement, mais aussi en faisant des choix responsables, nous pouvons pourtant parfois agir sur ces causes. Dans le domaine de l’alimentation, et pour lutter contre la faim, ne plus subventionner la vente de surplus agricoles, favoriser la consommation de produits équitables, valoriser les circuits courts, lutter contre le gaspillage alimentaire, me semble être des pistes pour relier développement local et coopération internationale. Il faut évidemment continuer d'ouvrir les yeux et les oreilles de nos concitoyens sur ce qui se passe loin d’eux, mais il faut également montrer que chacun peut agir à son niveau pour un monde plus solidaire, plus équitable, et donc plus durable." Sébastien Lebreuilly, professeur au lycée de Coutances

Doucuments et ressources

visuelTourisme

terrinclus

petit precis asso DDafrique

AdequationsDD SI

 Stratégie 2011 - Coopération au dévelopement